urbex-hasard-cheratte-26

Je n’ai rien décidé. Les choses se sont mises ensemble comme des dents de roues mécaniques. J’ai laissé tourner. Et l’engrenage.

Je n’ai rien décidé, je me dis. C’est venu, c’était sans doute nécessaire ou une proposition du hasard, une carte tirée par le sort. C’est ce sentiment qui domine. Le hasard qui vient et nargue la vie et la tente et l’agite et l’explose. Ça s’est présenté, je n’ai rien vu venir. Pas réfléchi. Juste mis le doigt sur le mystère jusqu’à ce qu’il m’attire, me mâche et me broie. Personne n’y voit rien, bien sûr. Mais j’ai l’âme cannelée, gaufrée de dentures, marquée laminée. Je suis un esprit torchonné. Même en lissant la feuille, puisque mon âme est de papier, même en la repassant sous mes doigts, il reste des lignes que je n’ai jamais écrites. Des lignes griffées pas la circonstance.

Dois-je me dire que c’est une peau comme une autre pour une âme humaine, un feuillet blanc froissé ?

Le hasard a-t-il une forme, un corps, une odeur, un aspect ? Je ne saisis pas. Entre mes doigts, je pince le vide ou le grammage de l’instant. L’éphémère qui déchire une page d’un texte inachevé. Ou qui embourbe l’imprimante. Une bourrée, un incident, un accident de rien et de personne.

La force qu’il faut au centre pour secouer le manège. Lutter contre les forces qui vous tirent et vous ensorcellent et les pousser vers le haut. Que ça sorte des gonds. Une puissance de dedans dont on ne sait jamais de quoi elle est nourrie. De honte ou de courage, de nécessité ou d’un séisme qui déboussole les mécaniques ?

Se projeter hors du circuit. Sortir de la route, de la roue. Bander son désir, le muscle de chair du désir, s’arque bouter aux contrebandes intérieures, pour faire le pas décisif, hors-la-loi de l’attraction. Dérailler. Changer est ce moment de puissance d’un simple hasard qui prend toute la place.

Je n’ai rien vu venir. Maintenant je sais quand la fortune a débranché la juste ligne de vie, comment j’ai manqué d’air une seconde et pourquoi je suis là… C’est parce que je ne l’ai pas voulu.

Texte : Anna Jouy
Illustration : www.reizen-en-reistips.nl