Mots-clefs

Rencontre

entre des petits arbres je prends le sentier au lever du jour
à travers les herbes redressées par des brumes nocturnes

voilà des chatons de saules j’ai cru à de la neige sur la berge

gouttes de pluie drue tels des grains de blé sur la rivière

du temple antique me parvient le son espacé de la cloche

dans la bruine la lune est accrochée au ciel tel un lampion
sur la berge
des sables fins un pêcheur frotte une pierre à feu

allumer une torche de bambou pour la barque avant le départ

Li Ho 李賀 (790-817) était un poète précoce qui mourut très jeune ã l’âge de 27 ans.

Originaire de Changgu (l’actuel Luoyang dans le Henan), il était d’une ascendance royale lointaine liée à la famille Li (une famille dynastique au pouvoir à l’époque des Tang). Encouragé par le gouverneur Han yu et certains de ses contemporains, il s’est présenté à l’examen impérial mais a échoué. Il fut un fonctionnaire de rang inférieur et pauvre.

240 de ses poèmes ont pu être recueilli et ont été très appréciés par les poètes de la fin de la dynastie Tang. Né en l’an du Cheval, il faisait parfois référence dans ses calligraphies à son animal de naissance. Certains poèmes ont été préfacés par Tu Mu et sa courte biographie a été écrite par Li Shangyin. Hélas ses œuvres pourtant admirées durant sa courte vie, ne furent pas acceptées dans les anthologies populaires poétiques tels les 300 fameux poèmes Tang.

 

Transcription et peinture : l’apatride