Pas l’ombre d’un enfant
plus même un toboggan
juste le souvenir
de ce parc
redevenu champ
que traversent
quelques cervidés
l’hiver en fin de journée
Adieu église vendue
vitraux partis
anciens déjà disparus
village de mineurs
cher à mon cœur.

C’est un matin de givre
De ceux qui empêchent
De planter un autre décor
Avec ou sans personne
Mais il y a, si tu couches
L’oreille, de longs cris
De jeunesse emportée
Qui ne finissent pas.

Le projet « Photos-poèmes » par David Jacob et Eric Tessier.

50 mots choisis par chacun des deux auteurs, puis regroupés aléatoirement par paire. De là naissent suites de poèmes et de textes autour de leurs photos venant illustrer chaque nouvel échange poétique.