tanka1

quatorze heures trente huit

déjà le ciel est si bas

sur nos têtes lourdes

où pendent des sourires

écorchés par les silences

 

****

 

au soleil d’été

sous le cerisier en fleurs

un chapeau de paille

et le souvenir de toi

accroché à mes pupilles

 

****

 

en bordure de ciel

les nuages filent un à un

dans un épais silence

où mes paupières s’éteignent

une larme au creux des lèvres

 

****

 

dans le ciel troué

la nuit perfore les silences

obscures

et les insomnies

fanées

 

****

 

dans les nuits d’hiver

les étoiles percent le ciel

sans laisser de trace

et mes yeux cherchent le visage

pendu à l’ombre des silences

 

tankas3

 

Textes : Sandrine Davin

Illustrations : Yan Kouton