hblanc 4

l’air de rien
je m’éteins

dans l’égarement des villes

mon silencieux paysage
s’égorge de désirs

mes yeux d’un reflet
clouent le visage sur la fenêtre

 » ce n’est que ça ta vie »

dans les grandes villes

je passe
je passe

 » demain ferme ! »

l’air du vide est une danse
qui clos mes derniers pas

on se retrouve à terre
pour moins que ça

un cliché après tout
ce n’est rien

je passe
je passe

l’air de rien
ce n’est rien

il y aura toutes ces fêtes
il y aura toutes ces illusions

« demain ferme ! »

et reprendra possession

 

Texte : Pierre Vandel Joubert

Illustration : Pierre Vandel Joubert –  homme forêt 1-  acrylique sur bois – 50*70 cm – août 2020