w

Je lance un caillou dans le lac qui coule
Des ronds se forment dans le miroir des foules
Amplifiant la rumeur qui court
L’homme a besoin de secours
Attention à la secousse des corps
Les amours platoniques avant le creux des hanches
Pour la beauté du geste, pour la beauté, du reste
Anonyme conquête, admirable défaite
Shakespeare l’avait écrit pour sa Juliette.
Le chêne et le roseau vont à Lafontaine
Comme l’enfer c’est les autres quand Sartre a de la peine
On prend sans je t’aime, on s’aime sans comprendre
C’est la rencontre des Temps Modernes
It’s not the same
A l’évidence il faut se rendre
C’est la rencontre des Temps Modernes
Tu prends sans je t’aime et je t’aime sans m’éprendre
A l’évidence il faut se rendre
It’s not the same

Attention à la secousse des corps
Attention au moindre de nos efforts
Qui s’aime au printemps fait monter la sève
Qui s’aime dans la fièvre sème aussi ses rêves
Sans cesse on se prend, sans cesse on se ment
Sans cesse, its’not the same
Et les torts, même s’ils sont partagés
N’en sont pas moins des torchons qui brûlent
Et nos vies se passent comme dans un film à mouchoirs
Où même choir n’entraine plus la peur
Moteur, action, projecteurs,
Les bières qui moussent sous les ventilateurs
It’s not the same
C’est la rencontre des Temps Modernes

Attention à la secousse des corps
Attention au moindre de nos efforts
Qui s’aime au printemps fait monter la sève
Qui s’aime dans la fièvre sème aussi ses rêves
Y-a-t-il un seul murmure dans les travées
Je guette encore le passage du doute
Je guette les phrases brisées
Y-a-t-il encore un murmure dans les travées
Y-a-t-il encore un murmure
Attention à la secousse des corps

Je lance un caillou dans le lac qui coule
Des ronds se forment dans le miroir des foules
Amplifiant la rumeur qui court
L’homme a besoin de secours

Texte : Catherine Watine
Illustration : VEL

Sur l’auteur

Le texte et la chanson « Lovesick » sont tirés de l’album de Catherine Watine « Géométries Sous-Cutanées ».