image2

Icare, je parcours ton sol avec une seule aile mais j’ai touché mon ciel.
Il n’y avait pas de soleil, seulement une lueur sur la branche d’un olivier
Elle scintillait comme un murmure

libre chute

L’anse se découvre et laisse transparaître, des fonds agiles,
juste un grain posé sur la pointe extrême de l’île

Chaque pierre posée comme un trait de khôl mauve
Ouvre et lance
les confettis de mes pas,
célèbre la mer comme pour l’oublier,
Les femmes-rochers
En lumière d’eau
s’offrent aux rayons bleus
Des jours sans voile
Partir de l’écume
S’éclairer de lune

Regardant à l’horizontale vers les collines douces
L’île roule
anciennes veilleuses intermittentes
notes liminaires,
Jusqu’à s’évanouir dans la sombre ascendante
jusqu’à rejoindre et contempler le chapeau de feu s’évaporer

Les chants désespérés, sur la langue de sable,
se déplacent, le point en équilibre sur la ligne
Ils déploient leur longue traversée solitaire
Le Bateau renversé

Sur le rêve bleu, je me suis penchée
Entourée des ombres sereines
Les virgules argentées ponctuent
L’air inversé,
Fleur de bruissement

Le creux crayonne le vacarme


Texte
: Dorothée Chapelain
Illustration : Dorothée Chapelain

* Fontaine au citrons * Mer Egée
Techniques mixtes sur titre de transport
8×7,5 cm