Tags

pour les cosaques - nos blessures lasses

 

joue contre le mur
ai regardé la pente
attendant souffle
du passage de l’auto,
et le vertige
m’a surprise pied en l’air.
Joue contre le mur,
rides contre crevasse,
nous ne faisions qu’un.
Le grain des pierres
que dénudait le crépi
usé, en allé,
m’a transmis résistance.
Fraternellement
je les en ai remercié.
Un temps suis restée
ainsi, joue contre le mur
en sa compagnie
et puis me suis arrachée,
lancée sur pente
ai perdu son amitié.

 

Texte et photo : Brigitte Celerier