Mots-clefs

Shibaraku Blog

Il regarde dans le vide d’un lointain brumeux et il se rappelle qu’il y a un peu plus de cinquante ans il a vu à Londres un musical  qui s’appelait « Stop the world,  I want to get off », ‘arrêtez le monde, je veux descendre’. Un titre si attirant que plus tard, en France, deux spectacles tout différents s’en servirent.

Pourquoi ce titre est-il si attirant, se demande-t-il ? Parce que tant de monde s’identifie avec ce cri ? Partagent-ils un sentiment comme le sien – qu’encore très jeune,  il est monté dans un train qui n’offrait point d’autres sorties que des changements vers d’autres trains qui poursuivaient leur folle allure comme le transsibérien du manchot le long de rails installés par d’autres dans un passé lointain ? Sans pouvoir descendre ? Sans la possibilité d’un retour à la case départ pour commencer tout un autre voyage ? Pour recommencer à pied, si pas possible autrement ?

Il essaye d’écrire. Mais il n’a plus rien à ajouter. D’où tirent les vrais écrivains leur inspiration ? Il est épuisé. Incapable de puiser. La jarre, est-elle vide ? Ou, n’a-t-elle jamais été remplie ?

Où est le héros ?”, pense-t-il soudainement.

Le héros qui entre en  scène de l’arrière de la salle au dernier moment quand, sur scène, une grande injustice est sur le point d’être commise: des méchants sont sur le point de tuer des innocents. Il n’a pas besoin de se frayer un chemin à travers la foule de spectateurs, car il est attendu. Très attendu.

On a déjà préparé pour lui une espèce de catwalk vers la scène, entre les spectateurs, , un podium étroit comme pour un défilé de mode. Il se depêche. Le public attentif attend avec impatience ce qu’ils savent déjà par coeur, ce qu’il crie en entrant, avec une voix de stentor :

 SHIBARAKU !!  (“Attendez un instant !! ” )

Il est sur scène dans un flash et agit sans ménagement. Avec son épée excessivement longue, il coupe les têtes d’une douzaine de vilains d’un seul coup. Ssswousshhh, banzai !

Le héros s’appelle Kamakura Gongorō Kagemasa. Le fameux héros borgne du onzième siècle, un vrai cosaque japonais.

Cette pièce de théâtre Kabuki au style Aragoto (un style de baroudeur très exagéré) a été jouée au Japon pendant maints siècles par onze générations d’acteurs en succession de la même famille, plutôt la dynastie, Ichikawa Danjuro.

Il a lu quelque part que la même histoire était parfois jouée aussi – dans une autre interprétation – par une femme, une ‘superwoman’.

“Encore aujourd’hui”, pense-t-il, et il continue de regarder dans le lointain brumeux. Onna Shibaraku, murmure-t-il.

Peinture Karel Delfos(cliquer pour agrandir)

Kamakura Gongoro Kagemasa

Kamakura Gongorõ Kagemasa, lui-même

Ce texte de Jan Doets est dédié à Brigitte Celerier, Anna Jouy et Christine Zottele, les onna ABC au fort Bastiani.

L’image au-dessus de cet article (agrandissable) est une photo d’un ancien enseigne peint sur bois, de la publicité pour le spectacle Shibaraku, que j’ai trouvé chez un ami antiquaire à Leyde, il y a plus de vingt ans. Elle est pendue à la droite de ma table de travail. Pour un Japonais il est clair qu’il s’agit de Danjuro IX (±1900) dans son costume traditionnel de Kamakura Gongorõ Kagemasa.

Il y a vingt-cinq ans je suivis un cours pour décrypter systématiquement les caractères japonaises (pas la langue même !) pour les convertir en phonétique, ce que me permit de déchiffrer, entre autres,  la légende sur cet écriteau avec l’aide d’un dictionnaire japonais phonétique :

“Agent spécial enrégistré, grand magasin principal Mariyama – emblème Danjuro “.

Évidemment un lieu où l’on pouvait acheter des billets d’entrée avec autorisation de la famille Danjuro. La Rose est l’emblème de famille Danjuro, à côté de leur mon (héraldique) : trois carrés emboîtés.

Le tableau d’un rêveur cosaque qui regarde dans le lointain brumeux, fut peint par son ami Karel Delfos (ça vient de Delafosse, il m’a expliqué) peu avant la mort du dernier et révèle, par un menu détail, son aperçu amical. Cherchez la onna !

Voilà une photo du formidable Danjuro IX dans son rôle de Kamakura Gongorõ Kagemasa :

Danjuro_Ichikawa_IX_as_Kamakura_Gongoro_Kagemasa_in_Shibaraku