Tags

pour les cosaques - dommage

Passant dans la rue,
nez en l’air,
yeux flottants,
vidant mon esprit
des phrases
entendues
du bruit du monde
des mots perdant sens, de la moralisation sans morale, des chasses en meute et des appitoiements éphémères,
et des faits surtout
de ce mal
en vagues
envahissantes
cruauté
espoirs morts
nantis qui jugent
et parlent
re-parlent
quand ne pouvons rien
pour aider
ou si peu
les rages recuites, les renoncements, les vies bornées dès l’origine, les tendresses attristées, même la dérision, le rire,
passant dans la rue
j’ai pensé
en lisant
oh quel dommage
que ce ne soit pas toujours le 17 avril 1897
et puis que cela ne serait pas sans inconvénient.

 

 

Texte et photo : Brigitte Celerier