Mots-clefs

Chers lecteurs,
En ce jour du 800e article paraissant sur ce blog, le Cosaque vous souhaite une très belle année 2017. Un vœu ambigu dans un monde qui devient de plus en plus immonde? Ça dépend du point de vue.

Immonde oui, quand on regarde la situation politique sur tous les continents, la haine entre les extrémistes des religions, l’absurdité du grand argent, du chômage. Immonde aussi, quand on reçoit la nouvelle de la terrible maladie d’une chère amie.

Quand on pense à ces étendues de plastique qui flottent sur les océans et d’autres vilénies. Aujourd’hui, il est très difficile de rester optimiste. C’est comme si on revivait les années 1930 mais en pire. Le monde court à perdre haleine dans la fausse direction. On a perdu la tête.

Il ne nous reste que de petites choses pour nous rendre heureux. Le sourire d’une amie, la compréhension entre nous tous.

Être heureux avec l’écriture, les mots écrits, spécialement les mots de tant de vrais artistes qui n’arrivent que rarement ou pas du tout à être publiés par des éditeurs sur papier, ceux-ci étant trop souvent devenus des loups pécunivores, déclarant des texte sublimes mais au rapport financier improbable comme hors de ligne éditoriale.

L’écriture. En août 2013 j’ai commencé ce blog, Les Cosaques des frontières, refuge pour les dépaysés pour offrir un lieu commun aux individus pour qui les mots sont de « buées »de sauvetage. Cet article est le 800e. Sans compter la centaine d’articles enlevés du blog après leur parution sous forme de livre électronique aux Éditions QazaQ , mon initiative de juin 2015, et dont le catalogue compte 38 livres maintenant. Chaque mois, le blog des Cosaques des frontières est lu par quelque 500 lecteurs qui reviennent plusieurs fois par mois, dont 183 abonnés. Lecteurs en 40 pays dont la plupart vivent en France et aux États-Unis. 

De petites choses peut-être mais plutôt réussies et douces dans ce monde si misérable, n’est-ce pas ?

Recevez mes amis les bons vœux de Jan Doets.