Mots-clefs

 

la montagne à l’ouest soudain le soleil descend

l’étang à l’est lentement la lune pleine monte

les rares cheveux dénoués et allongé tranquille

je sens la fraîcheur par la fenêtre ouverte au vent

sur l’eau les lotus avec leurs odeurs parfumées

sur les verts bambous doucement goutte la rosée

j’aimerai prendre mon ch’in au son clair et jouer

mais personne pour apprécier ma mélodie

ému je pense à revoir ce vieil ami au loin

le rêve de la nuit espère nos retrouvailles

 

Meng Hao jan 孟浩然 (689-740)

 

Traduction : L’apatride