Mots-clefs

Proko-1

Une toccata est une pièce de musique rapide et brève qui exige un haut niveau de virtuosité du joueur. La plupart des toccatas ont été écrites pour le piano, l’orgue et le violon. Bach, Schumann, Liszt, Prokofiev et des autres les ont composés. Beaucoup de pianistes en ont dans leur répertoire, surtout pour impressionner leur public. Mais pas tous. Sviatoslav Richter, par exemple, aimait jouer les Sonatas de Prokofiev, mais pas sa toccata, une de ses premières compositions. Opus 11, datant de 1912 quand Sergei avait 21 ans.

Les jeunes pianistes d’aujourd’hui prennent en référence les interprétations de cette Toccata par Vladimir Horowitz et Martha Argerich. Quand Martha enregistra cette pièce à l’âge de 19 ans, elle avait écouté la version de Horowitz bien attentivement. Quatre minutes et quarante et une secondes pile, tous les deux. Des TGV.

Prokofiev lui-même a enregistré sa Toccata vers 1919, sur rouleau de piano pneumatique. Surprise. Pas de shinkansen, mais une carriole à deux chevaux. Sur une route de sable, des pierres, stop, allez, doucement, attention ! Vers la fin, la carriole cliquette en bas et s’arrête avec un choc. Quelle belle interprétation pleine d’aventures!

Il y a des critiques qui disent que Prokoviev n’était pas un bon pianiste. Improbable, il concertait dans le monde entier avec beaucoup de succès. D’autres font remarquer que le système du piano pneumatique n’est pas parfait. Je ne partage pas cette opinion, c’étaient des instruments de précision, je vous vais le montrer.

Il est intéressant que l’un des plus grands pianistes de tous les temps, Emil Gilels, jouait la Toccata plutôt à la Prokofiev.

Écoutez la Toccata. Commençant avec Horowitz et Argerich, en succession.

Puis par Prokofiev, sur piano pneumatique:

Puis par Emil Gilels. Comparez les quatre. Pour moi, Gilels est le gagnant en termes de musicalité.

Je vous offre un supplément : Sergei Sergeyvich joue Sergei Vasilievich sur piano pneumatique, 1919. C’est la reddition de Prokofiev du Prélude en g-mineur de Rachmaninoff. Regarde le piano pneumatique et le rouleau qui tourne. C’est superbe.

 

PS Les pianistes du jazz ont leur Toccata’s aussi. Comme The A-train de Duke Ellington, joué par exemple par Michel Petrucciani (shinkansen) , joué à Tokyo avec le même équipe superbe qu’à Scheveningue où je l’ai entendu au Festival de Jazz de la Mer du Nord, pendant une soirée inoubliable,

et par Duke Ellington lui-même en solo ( carriole)

Texte : Jan Doets