remonter
je suis revenu dans la maison

laisser remonter
le corps à la surface
les temps se tendent
de bois durs

remonter à la surface

les vents périssent
des choix trop sûr
on se donne alors
au plus offrant

du fond
on ignore les faiblesses

les murmures en parpaing
se glissent dans la mémoire

les images incertaines
des ombres aquatiques
enchantent le souvenir

du fond
on s’ignore en faiblesse

dans la maison vide
la pénombre accentue
les rides du corps

je suis revenu
à travers les bleus de l’eau

remonter à la surface

Texte : Pierre Vandel Joubert
Illustration : Marie Godet