IMG_1001 (2)

Ces yeux percent mon âme
Comme un couteau avec sa lame,
D’un seul coup elle divise
Mon esprit de ses contenus.

Elle soulève doucement ma peau
Presque tendrement,
Une fois terminé
Elle la depose comme un vieux collant.

De mon coeur finalement mis à nu
Elle ne fait qu’une bouchée,
Avec tout le reste
Elle déjeune, et contemple l’espèce.


Texte-Illustration
: Peter O’Neill