Tags

pour les cosaques, Jacques creuse

Jacques était gentil,
Jacques aimait les gens,
Jacques admirait
toutes ces pensées
qui passaient dans l’air,
enfin pas toutes,
savait que devait
choisir, bien trier,
ne garder que bon,
et prendre le temps
de les démonter,
les faire siennes,
et puis les scruter.
Il savait aussi
qu’on le disait sot,
mais il s’en moquait,
enfin pas vraiment,
ou restait humble,
ne le disait pas,
mais il s’en moquait,
et il en riait
seul en silence,
et puis écoutait,
baissait la tête
et il essayait
de penser bien fort
avec constance
à cette phrase
qu’il avait saisie.
Il la caressait,
il la retournait,
et lui souriait ;
ou, bien trop souvent,
et s’en dépitait,
devait constater
qu’il n’en restait rien.
Alors attendait
la prochaine idée
venue l’appeler.
Et recommençait à creuser le mur, parce qu’il avait perdu sa clé.

 

Texte et photo : Brigitte Celerier