Mots-clefs

quelques mots du lointain Liu Tsung yuan 柳宗元 (773-819) de la dynastie Tang vers ces frontières de la langue où la solitude est le refuge d’écrits dépaysés. 
Langues de tous les pays, unissez-vous. Vos mots et vos sons n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Leurs musiques ont le monde à gagner car la solitude est sans patrie.

 

au réveil goutte la rosée dense
la porte face au jardin à l’ouest
la lune froide à l’est de sa nuit
une musique d’eau au pied de ces bambous
la source bruyante jusqu’aux rochers au loin
dans la montagne de temps à autre un merle
je m’adosse au frêne jusqu’à la venue de l’aube
solitude comment te parler si ce n’est t’écrire?

 

Transcription : l’apatride