Tags

 

Wei Ying wu 韦应物 (737-792)

ce matin le froid est venu dans mon bureau
soudain je pense à toi l’hôte de la montagne
au fond du torrent à lier ronces en fagots
à cuire des cailloux blancs pour te chauffer
j’aimerai t’apporter une grande gourde de vin
te réconforter contre les vents et les pluies
mais les feuilles mortes jonchent le sentier
et comment retrouver les traces de tes pas ?

Transcription : l’apatride