88214971_226061805217044_5045101197015384064_n

Que serai-je pour toi, une impossible fièvre
Sur le bord des chemins abrutis de pensées
Et dans ce monde fou, un baiser sur la lèvre
De deux amants lovés, nus, dans l’heur de l’été

Bientôt les cloches sonnent, le rouleau compresseur
De toute vie humaine que temps et air oppressent
A fini son boulot, règnent l’apesanteur
Légèreté, lumière où le mot fin ne cesse

De dessiner, puéril, l’innocente prairie
Aux œillades de mauve, les genêts féminins
Dardent, amènes, leur fleur vers l’astre qui gravit
Dans ce moment de l’aube qu’on nomme le matin

Texte : Jeanne Morisseau
Illustration : « Rosa » – Aquarelle – Jeanne Morisseau