IMG_20120724_144200

Qui n’a pas quitté les brumes du sommeil avec quelques regrets (parfois, quand la chaleur du lit est d’une telle présence que le moindre petit souffle d’air frais entre les draps nous conjugue une grimace) ? Il faut mettre debout ce corps avec ses os, la belle affaire, le bel effort. Il faut lever la bête, humaine. Et faire avec. L’habillage réflexe, et se gratter par là. (Non, je ne parlerai pas du passage dans la salle de bains.) Les gestes matinaux, attendre le café, ouvrir au chat (sans couteau) et se gratter encore (un doigt suffit). Tiens, il fait plus froid qu’hier ! Où est donc ma fumée ? Les brindilles, les bûchettes, fines bûches (prévoir l’épaisse pour plus tard), l’allumette … c’est parti.

Ouvrir les volets et se prendre dans la gueule l’instable résolution d’un vaste horizon flou.

………

Il répondra ce qu’il ne faut pas répondre.
Il dira ce qu’il ne faut pas médire. Il sourira ce qu’il ne faut pas sourire. Il entreprendra ce qu’il ne faut pas prendre. Il tablera ce qu’il ne faut pas table. Il avancera ce qu’il ne faut pas reculer. Il aimera ce qu’il ne faut pas amour. Il chantera ce qu’il ne faut pas chansons. Il fleurira ce qu’il ne faut pas fleurs. Il grognera ce qu’il ne faut pas groin. Il hululera ce qu’il ne faut pas lune.
S’épuiser à la laisse du monde. Rogner, toujours rogner jusqu’au lien qui lâche.
Le ciel a des reflets d’argent bleu loin de la monnaie.

Texte/Illustration : Zakane