baudelaire

Chère amie,

Merci pour ta lettre d’hier. Tes mots sur l’ennui me rappellent un petit poème hollandais que j’ai aimé depuis ma jeunesse et que je traduis ici pour toi, en mon français approximatif:

Ik zit mij voor het vensterglas
onnoemlijk te vervelen.
Ik wou dat ik twee hondjes was,
dan kon ik samen spelen.

je m’ennuie devant la vitre
je bâille  et je tremble
si seulement j’étais deux
chiots jouant ensemble

Plusieurs auteurs d’ici l’ont plagié et je n’ai découvert que récemment que le tout premier à l’avoir fait  avait volé l’idée des deux chiots d’un poème d’un allemand nommé Friedrich Torberg (1938 ), sous le titre : Ballade der groszen Müdigkeit. La ballade du grand spleen. Baudelaire l’aurait fort aimé. Je pense que  tout près de toi on parle un allemand exotique, donc appuie sur le lien, ça va te remonter l’humeur. Dans cette époque de migration, il y a peut-être des lecteurs en France qui comprennent l’allemand aussi  et peuvent trouver de la consolation dans le poème de Torberg. Hasselmann?  Ayrault me lit-il ? Je devine seulement.

D’origine on m’a formé comme ingénieur, comme François Bon qui ne souffre pas de l’Ennui (je pense) mais d’ennuis au sens de Problèmes, auxquels je peux bien compatir.  Donc je vais prendre ta lettre d’hier et réagir comme lui méthodiquement, point par point. Je t’avertis que ces points ne sont que des associations. Car moi, je m’ennuie aussi et je veux bien être comme deux chiots avec toi.

En général, ton ennui m’étonne, car sur ton blog Mon aube aux doigts de rose (ῥοδοδάκτυλος / rhododáktylos) que je lis religieusement depuis trois ans, je retrouve au jour le jour un air de gaieté, légèreté et d’optimisme.

Point deux. Mon unique  expérience avec un chat n’avait rien d’ennuyant, car le seul chat que j’ai eu avait l’esprit vengeur. Après la naissance de mon fils aîné, notre petit Persan n’a pas aimé et commençait à se venger à cause de notre manque d’attention. Après quelques semaines, il faisait souvent caca sur la lunette des WC et ce n’était qu’un avertissement. Comme son avertissement  resta sans effet, il essaya de pénétrer dans la chambre du bébé, donc il fallut le renvoyer vers un ami à distance. Sa vengeance fut terrible. Quelques semaines après son départ, d’un jour à l’autre, le petit appartement fut infesté par des milliers de puces de chat et il fallut l’abandonner et le faire dépucer par les services urbains. Cyanure d’hydrogène.

Encore ennuyée? Oui? Je continue.

Troisième point. Pour écouter le coeur d’un gorille dans le brume, il n’y a pas besoin d’un écusson de la Croix-Rouge et de chercher dans la jungle. Je suis à ta disposition. Mon cardiologue m’a dit récemment, je le  cite littéralement : “Jan, votre arythmie est une des plus jolies que j’ai entendue depuis longtemps. Il n’y a pas de soucis, vous pouvez atteindre les 100 ans avec. Mais prenez des anticoagulants car nous ne voulons pas d’ AVC ! Je lui obéis et en porte témoignage par quelques petites ecchymoses par ici et par là, surtout par là.

Avant de devenir contre-productif et  t’ennuyer au lieu de te remonter l’humeur, je te présente une méthode qui a souvent fait ses preuves. Commence à RANGER. Range tout, ton lit, ta table de travail, ton jardin, ta cuisine, ton sac, prends une douche et peigne tes cheveux. ET n’oublie pas une touche de parfum. Ainsi voilà, plus d’ennui.

Texte : Jan Doets (réponse au texte d’hier)