Mots-clefs

Het Engeltje 18:1:1958

En écrivant, bien heureux de se trouver ensemble avec tant de chaleureux amis et amies cosaques, il murmure une petite chanson d’antan et se rend compte soudain que c’est “Chevaliers de la Table ronde, goûtons que le vin est bon” qu’il était impératif de pouvoir chanter en complet en français sans faute dans sa société d’étudiants, à Delft, où se trouve son Technische Hogeschool (comme l’ETH, Technische Hochschule, Anna) qui, entre-temps, a changé de nom en Université, même University, l’horreur, pour être reconnu dans ces temps modernes anglodisphones.

Il se souvient de la dernière ligne  “Sur ma tombe je veux qu’on inscrive Ici gît le Roi des buveurs” et il recherche sur l’internet cette superbe chanson

Flash. Souvenir d’association. Il se souvient qu’ il y a très longtemps, il a écrit des bidules  pour Het Orakel van Delft (L’Oracle de Delft), un journal d’informations universitaires, une colonne hebdomadaire sous le titre “Het Engeltje”. “Le petit ange”. La petite ? En Hollandais le diminutif de engel est het engeltje, neutre.

Le petit ange survolait l’ancienne cité de Delft, au-dessus des toits, canaux et jardins et commentait ce qu’il voyait. Un petit ange rêveur, ses méditations n’étant légèrement compréhensibles que pour un étudiant à Delft de l’époque.

Dans sa bibliothèque il a retrouvé l’ancienne année reliée, 1957/58, sur papier jauni. Il la feuilleta. Il est tombé sur le numéro du dix-huit janvier 1958. Hum. À gauche, il voit une colonne d’informations culturelles de la semaine, qui incluaient des événements dans les salles de concert d’Amsterdam et La Haye. Sapristi ! Lundi 20 janvier, la chorale des Don Cosaques !

Le column du petit ange à côté des infos est un peu compréhensible encore aujourd’hui. Après un peu, mais pas trop d’hésitation, il se mit à la traduction:

« Le petit ange se réjouit de ce que, depuis quelques jours, il entretienne un  contact amical avec le petit diable.  Sûrement, cela n’a pas échappé à l’attention des lecteurs de ses petits rapportages. Il est intrigué sans cesse par son petit pôle opposé. Le petit ange l’a même élevé au rang d’un petit problème universel. Pourquoi un petit diable est-il un petit diable ?

Un petit ange tombé, probablement, suppose le petit ange ce qui révèle une conscience religieuse historiquement et calvinistement fondée.

Le petit ange médite et rêvasse et songe jusqu’à la céphalée, mais il n’arrive pas à une conclusion. Il remonte la fenêtre coulissante et vole dehors, dans l’air  glacial d’une nuit claire. Avec un sourire condescendant, il regarde en bas. Les gens se dépêchent dans les rues, des voitures klaxonnent. Malgré ces bruits misérables, il garde sa sérénité.

Et puis … diable !  il aperçoit de loin son ami le petit diable en conversation avec la belle jeune fromagère du magasin au coin du Canal intérieur. Le salaud.

La fille rit un peu bêtement, puis le petit diable met sa petite patte de bouc autour du cou désirable de la fille et rrrrratsch, le petit ange est tombé au pavé. Il se lève et il botte le cul du petit diable pour lui causer des problèmes obstructifs de digestion pour un mois, voire pour toujours.

Fièrement, il défroisse ses petites ailes et il est sur le point de se tourner vers la fille des bidons de lait, lors qu’ une pensée stupéfiante, mais clarifiante s’impose sur lui :

“Suis devenu un petit ange tombé” … pense-t-il

et il rentre chez lui, attristé »

Texte et image (pour ceux qui apprennent le néerlandais, comme Claudine):  Jan Doets