Mots-clefs

meisje met bloemen PM

A plat ventre dans la chaleur du salon, fouillant des paysages … Ruisdael pourtant était pour moi le plus attirant … Il n’y avait que des paysages aux forêts secrètes, des ruisseaux vifs, d’immenses étendues de vent. Et toujours dans un endroit, un homme en marche, un personnage, minuscule, poursuivant sa route et son histoire, sans jamais se retourner vers moi, un être trop petit pour que je puisse l’interpeller et trop lointain pour qu’il puisse me répondre. Il fallait alors tout inventer… Je regardais. Déjà j’écrivais sans doute… , écrivit Anna Jouy hier, dans son “Peintre, regarde-moi … 5 .

Mon regard latéral sur elle : Jacob Ruisdael me fit me souvenir de Piet Mondriaan (1872 Amersfoort Pays Bas – 1944 New York). Comme Ruisdael, Mondriaan était fasciné par les arbres. Pendant sa jeunesse, il a peint quelques paysages et des fleurs en style figuratif – comme on peut le voir plus haut sur cette peinture d’une fille qui louche légèrement, sans doute par avoir trop souvent regardé des albums à plat ventre.

Bientôt, Piet Mondriaan se mit en quête d’un chemin vers l’abstraction et ses répères dans ce parcours furent les arbres, en rouge, gris et bleu.

Bomen aan het gein PM

Arbre-1 PMArbre-2 PMArbre-3 PMArbre-4 PM

Mes grands-parents avaient des livres similaires à ceux de la mère d’Anna, des ‘albums Verkade’ devenus légendaires. Verkade était une entreprise hollandaise fabriquant des biscottes, des pains d’épices, biscuits et chocolats, grâce à l’achat desquels, entre 1906 et 1940, on recevait des images que l’on pouvait coller dans des albums gratuits. Dans ces livres, très bien écrits par des experts, il s’agissait principalement de la Nature. Les quatre premiers ouvrages s’appelaient Printemps, Été, Automne et Hiver. Grâce aux vingt-sept tomes qui suivirent jusqu’en1940, à une époque sans télévision, sans possibilité de voyager pour la majorité de la population, les enfants et adolescents firent ainsi la connaissance des dunes, prés, fermes, fleurs et rivières de la Hollande et aussi de choses plus exotiques comme les cactus, les poissons tropicaux et autres animaux du monde entier.

Albums Verkade

Il existait aussi un jeu de cartes, sorte de jeu de familles, qu’en Hollandais on appelle kwartetspel, un jeu de quatuor, selon la même ligne éducative que ces albums :

SONY DSC

Et voici comment ce souvenir me ramène vers Piet Mondriaan. En effet, il y a peu Pedro van H., un ancien ami du lycée m’a donné, avec un sourire malicieux, un tel jeu de familles récent, intitulé L’Amour, l’ inspiration : les femmes de Piet Mondriaan. Ce jeu de cartes comporte les catégories suivantes, chacune composée de quatre femmes: Famille (sa mère, soeur, tante, belle-soeur), Amantes (une sélection, il en avait plus de quatre), Adoratrices (une sélection aussi), Femmes (‘refuge et soutien’), Promenades de nuit (les quatre femmes les plus amies), Collègues, Les demoiselles (des élèves féminines), Amies musicales, Collectionneuses (comme Peggy Guggenheim) et quelques femmes hors catégories: Danseuses et Beau Monde (parmi elles Joséphine Baker). Et pour qui ne me croirait pas, en voilà la preuve:

Les femmes de Piet Mondrian

Feu Piet Mondrian me garde bien humble face à la compagnie des femmes; mais peut-être suis-je devenu abstrait aussi ?

reprise de 28 août 2014

Texte : Jan Doets
Les images peuvent être agrandies par cliquer dessus