Mots-clefs

Kaizerin

25.8.2014 – Chez les vampires, prise de sang de routine, mensuelle.

Il y a beaucoup de monde. Vingt personnes avant moi, mais ça bouge. Je trouve une chaise solitaire et m’assieds. De l’autre côté de la grande table de lecture couverte de magazines,  il y a un monsieur bronzé  type Hagenees (autochtone de La Haye qui parle le plat-Haags,  l’accent argot local), chauve, sportif, soixantaine, les lunettes joliment tournées en haut sur son crâne rond comme une bille , je m’imagine que c’est un marchand de légumes à la retraite. Il a tourné sa chaise vers la porte pour bien regarder les gens qui rentrent.

Arrive un monsieur, soixante-dixième, soigneusement vêtu, Hagenaar (autochtone de La Haye bien éduqué, qui parle un accent Haags un peu affecté).  Il a l’air gentil, il sent de vieux papiers, je l’imagine libraire d’anciens livres en retraite. À peine est-il assis que le marchand de légumes tourne sa chaise vers lui et dit :

“ Bonjour, monsieur,  il serait impoli de vous tourner le dos .”

Les deux hommes commencent une conversation. Le marchand de légumes:

“Je vois que vous êtes ici pour une prise de sang, contrôle effet anticoagulants, car vous avez en main le même papier que moi. On prend grand soin de nous ! Moi je me sens très bien. À la fin de septembre je vais au sud de l’Espagne, à Malaga (il dit Mollaga), j’y étais en juillet aussi. Ma femme adore le soleil. Elle s’allonge sur le sable et s’y adonne totalement (il lève ses deux bras en haut à côté de sa tête qu’il penche en arrière pour mieux montrer). Le soleil n’est pas pour moi,  je suis assis sous le parasol et je regarde les jolies  femmes…”

Il attend une réponse qui ne vient pas et continue : “ Ma femme a travaillé dans cet hôpital vingt-cinq ans, elle est  en pré-retraite, c’était encore possible il y a quelques années, de s’arrêter tôt avec pension à taux plein… Et vous ?”

L’autre monsieur, visage pâle mais gentil, les mains blanches fines sur la table, lui répond : “C’est étonnant, monsieur, tous les magazines ici sont des magazines pour femmes !”

Le marchand de légumes fouille dans un tas, en tire un magazine féminin de lingerie  et le présente à son nouvel ami : “Voilà, le Piccolo, ça c’est pour hommes !” (Piccolo était un magazine hollandais piquant d’antan).

Ici aux Pays Bas, on dit : “L’humour se trouve dans la rue”.

Texte et photo: Jan Doets

Tous les étés il y a une exposition de sculptures sur la Lange Voorhout, une vieille allée au centre de La Haye. La sculpture appetisante s’appelle Kaizerin de chocolat aux fraises gonflées et son sabayon public – le sculpteur est français : Vincent Olinet. À l’arrière-plan : L’Hôtel des Indes, ou mourait en janvier 1931 la ballerina russe Anna Pavlova pour qui avait été créé le ballet La mort du Cygne. Une spécialité de l’hôtel est une friandise appelée Pavlova (avec du champagne et des cerises), créée en l’honneur d’Anna. La photo peut être agrandie par cliquer dessus.