Tags

elle te bricole
un air de plaie vive
l’éternelle engelure
des poètes et des bouts de cul
cloîtrés dans les mines

à piocher
le sédiment de l’espace

comme l’amiante
sur la flanelle de ta langue
piquée à l’usure
des contes
et de la floraison du ciel

la brillance
des pygmées du coeur

enfarinée
d’un amour transversal
tranché dans l’amer
et la salive
des chiens paumés

elle te bricole
un air de plaie vive
l’éternelle engelure
des poètes et des Madeleine
écartelées

sur les autels de l’art

le portrait offert
aux futurs dépositaires
de ton avenir
fourbi en glaire
et culs-de-sac

de ceux que l’on aimante
sur la porte de ses cauchemars
ou du réfrigérateur
la mesure des restes
de décembre

sur ta langue

l’échafaudage de blancs sales
contre une gerbe de lumière

 

Texte : Marie-Pier Daveluy